amap du ruthénois

Accueil » 6 - Actualités 2012 (et avant) » Projet de création de l’AMAP du Ruthénois ?

Projet de création de l’AMAP du Ruthénois ?

Commentaires récents

Naucelle. Agriculture : vers la création d’une AMAP

Récemment, Isabelle André, François Dorvault, président des AMAP (associations pour le maintien de l’agriculture paysanne) du Ruthénois, et Nathalie Raitière, productrice à Vezins, ont exprimé le souhait de créer une AMAP à Naucelle. Après un an de formation à la chambre d’agriculture de l’Aveyron, Isabelle André vient d’obtenir un brevet professionnel de responsable agricole qui lui permet de s’installer et de bénéficier d’une aide de l’état. Si cette AMAP voit le jour, elle cultivera des légumes bio à Cassagnes-Bégonhès où elle possède un terrain agricole. Ces légumes seront distribués à Naucelle dans un local approprié. L’objet de cette réunion était donc de présenter le fonctionnement de l’AMAP et de commencer à constituer un groupe de consommateurs. Une AMAP permet une agriculture locale de qualité. Pour être agréé par le réseau régional des AMAP, le paysan doit produire des légumes de saison conformément à une charte. Il pratique une culture écologique. L’AMAP est gérée par un comité de pilotage composé d’adhérents bénévoles qui assurent la gestion administrative (adhésions, distribution, recueil et échange de recettes, rédaction d’une feuille de liaison, calendrier de production, organisation de réunions entre les consommateurs et le paysan, information du public, participation à la création de nouvelles AMAP). La distribution de la récolte est effectuée une fois par semaine. Le « panier » est composé de plusieurs espèces de variétés de légumes de saison, d’herbes aromatiques. Si l’adhérent n’est pas là le jour de la distribution, quelqu’un peut le prendre à sa place.

Le prix du panier est déterminé après concertation (20 € en moyenne). Le paiement a lieu lors de la signature du contrat pour la durée d’une saison.

Si on a noté l’adhésion des participants aux valeurs de l’AMAP, on s’est interrogé sur l’effet qu’elle pourrait avoir sur le marché du samedi. Une assistance clairsemée lors de cette première réunion n’a pas permis de constituer un groupe de consommateurs.

La Dépêche du Midi